La peur du blanc


Vous la connaissez peut-être personnellement cette peur ? Cette impression de vide, ce sentiment d’inachevé, cette intuition qui vous dit que c’est pas tout à fait ça … mais vous ne savez pas pourquoi. Ce doute, ce tourment, ce malaise qui vous susurre à l’oreille“il y a du blanc sur cette image, vite il faut le remplir !”. Oui c’est bien ça, vous avez peur du blanc.



Alors allongez-vous sur le divan, on va travailler ensemble sur cette phobie et comprendre pourquoi le blanc ça inquiète et pourquoi tous ces créatifs s’acharnent autant à vouloir le préserver.



Pourquoi le blanc fait peur ?


C’est un des retours clients les plus connus pour un créatif. Qu’il fasse du graphisme, du design ou de l’illustration, le retour le plus courant c’est qu’il y a trop de blanc. Il est parfois caché derrière“plus gros mon logo” ou“j’ai rajouté un peu de texte parce qu’on avait la place”.



Oui, tout cet espace blanc autour de notre contenu (sur une affiche, une carte de visite, un site, une cover facebook, une étiquette de vin) ça nous rappelle une page blanche. On a l’impression que l’espace n’a pas été investi à son maximum, qu’on en a pas eu pour notre argent, que notre contenu est trop petit pour tout ce vide et que si notre logo était bien plus gros, on le verrait mieux.


Oui, ce fond uni et blanc pourrait être en couleur, on pourrait le remplir en bleu, en rouge, en jaune, ou alors mettre une photo, un motif, une texture.


Oui, mais non. Ce blanc n’est pas là par hasard. La question c’est de savoir à quoi il sert, n’est-ce pas ?



À quoi sert tout ce blanc ?


Le blanc est un peu considéré comme une non-couleur, ce qui lui vaut une mauvaise réputation de vide. Elle a pourtant une très belle symbolique de pureté et de perfection. Elle s’oppose au néant du noir en étant le symbole de la naissance, la page où s’écrit une nouvelle histoire. Ce n’est donc pas un ennemi mais un allié.



C’est un écrin idéal pour votre contenu, celui qui va révéler les autres couleurs en leur offrant un contraste salvateur. Un espace neutre où votre logo, votre texte ou votre produit va être la star.

Elle va être un atout majeur pour la lisibilité. Plus vous laisserez respirer votre contenu dans de belles marges et plus il sera lisible, que ce soit un texte ou une image.


Le milieu du luxe l’a très bien compris. Pour montrer un produit en le présentant comme unique, il lui faut ce “rien” céleste et immaculé autour. De Chanel à Cartier, le blanc est présent et il crée cet écrin de lumière dans lequel on ne voit qu’une chose : le produit.


Ce que vous voyez ce n’est pas du vide, ce n’est pas du blanc, c’est une respiration. Et dans toutes les formes d’expressions artistiques, vous les retrouvez ces respirations.

Il est partout


Dans l’édition, le blanc a le rôle de marge. Par exemple, vous n’envisageriez pas de lire un livre dont le texte est collé au bord du papier : il serait illisible. Votre œil a besoin d’espace et de clarté pour capter chaque caractère, chaque mot et chaque ligne.


Dans les musées et galeries d’art, le blanc domine l’espace. Rares sont les expositions dont les œuvres sont collées les unes aux autres. Nous avons l’habitude de déambuler dans de grands espaces blancs, où chaque toile ou sculpture n’est entouré que de murs immaculés et de petits cartons d’informations d’un blanc neutre.



Même loin de la production visuelle, cette respiration est une règle. Que ce soit en musique ou pour un discours, la force des mots ou l’enchantement des notes ne peut vivre que grâce à ces silences bien maitrisé qui permet à la magie d’opérer. “Lorsqu'on vient d'entendre un morceau de Mozart, le silence qui lui succède est encore de lui” disait Sasha Guitry.


On pourrait même allez chercher du côté de la danse où l’immobile met en lumière le mouvement, où l’absence peut créer l’émotion, mais je pense que vous avez compris l’idée.


Voilà une bonne partie de ce qui se cache derrière ce blanc. Si vous aussi, vous aimez le minimalisme apaisant des musées, les silences dans les conversations et les belles marges dans les magazines, alors vous êtes en bonne voie pour apprécier le blanc.